Brigitte Lahaie en parle sur RMC 

                                                          cliquez pour écouter ! 

 

 

Sommes-nous bien installés pour faire l'amour ?

 

 

 

 

 

banc-bout est le premier support pensé-inventé-conçu

pour l'ergonomie de l'acte d'amour

Il existe, enfin ! un support qui offre des postures appropriées

pour la rencontre des corps

 

 

 

 

 

Alors que les supports habituels nous obligent à adopter des positions de corps difficilement tenables, fatiguants pour l'un, gênants pour l'autre, rendant laborieux les différentes séquences du rapport ; banc-bout procure des postures appropriées pour réaliser l'acte dans des conditions optimales ; grâce à ses deux principales particularités :

1 - Sa forme "en bouteille" procure la posture "à califourchon", assis et/ou debout et...ça change tout ! Les corps et les parties génitales se rencontrent sur un même plan/niveau, naturellement, sans effort. Ainsi, plusieurs postures inédites d'enlecement, de câlins et de coït naissent, qui sont irréalisables... avec les supports habituels.

2 - Ses deux pieds réglables de chaque coté de l'assise procurent des hauteurs et des

inclinaisons optimales, selon les tailles des partenaires et selon la position adoptée.

 

           Voici les positions essentielles pratiquées avec le banc-bout

 

Cliquez sur les dessins pour agrandir chaque rangée

 

A califourchon        

                            (a)             

 

                            (b) 
                            (c)  

                            (d)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté chaise         

                                                         

 

Côté table          

 

Sur un plateau    

 

 

 

 

 

QUESTIONS DE S'EXPOSITION, ou bien, SOMMES-NOUS BIEN INSTALLES POUR FAIRE L'AMOUR?

 

          L'une des questions suivante est-elle fondée et/ou pertinente ?

 

1 - Les supports habituels sont-ils appropriés pour réaliser l'acte sexuel dans des conditions optimales :

     a)) Pour les gens de forme physique moyenne ?

     b)) Surtout quand ils veulent varier et prolonger les jeux d'amour ?

     c)) Et pour les gens de forme physique diminuée ?

 

2 - Les principales positions pratiquées ne sont-elles pas "une lutte contre le pesanteur ?"...à quatre pattes ?

Pour y arriver et s'y maintenir, nos articulations ne souffrent-elles pas outre mesure, surtout les genoux ?

N'y-a-t-il pas souvent un problème d'ajustement des hauteurs des corps, surtout quand l'un des acteurs

se met debout ?

Sommes-nous condamnés à recourir à l'aide des supports, comme une table, un lave-linge ! etc... 

pour trouver la bonne hauteur et des positions tenables et « aisément pratiquables » ?

 

3 - S'il y a une difficulté à atteindre l'orgasme féminin, est-ce parce que Monsieur "s'agite" dans des postures

"peu opérantes" et difficiles à tenir ? Se maintenir, se retenir et se donner à l'autre n'est-ce pas difficile pour lui, dans des positions instables ?Serait-ce à cause de cela qu'il applique "le programme court" un peu trop souvent par rapport à l'attente de Madame ?

 

4 - Ainsi, une partie des déconvenues dites "sexuelles" ne seraient-elles pas liées à la difficulté de "tenir les positions" ?  Par exemple, la rapidité/précocité de l'éjaculation ?

 

5 - La longévité de la vie sexuelle est acquise ; mais la forme physique des gens suit-elle le mouvement ?

 

6 -Ne faut-il pas améliorer "les conditions de travail" de Monsieur, afin de multiplier les chances

     d'atteindre des jouissances plus intenses, plus aboutis et "équitablement partagés"

 

                                                                                                                                                                                                                                             LINTIMOLOGUE

 

 

 

COURBE_FEMININ_400_x_241.jpg

Voici les courbes des phases d’excitations/sensualisations

de l’homme et de la femme.

Il est facile de constater que ; l’homme « chauffe » plus rapidement que la femme.

Tandis que l’homme atteint un point de « difficile retour » (A) la femme est à peine à mi-chemin de la montée du désir. Si l’homme franchie cet étape en évitant « une sortie de route »involontaire ou non désiré et il arrive à prolonger le jeu et atteint le point (B) de « non retour », la femme entame la dernière pente de la montée…Si l’homme n’arrive pas à gérer ce virage serré…la déception d’une sortie de route est plus grande que la précédente…Il faut qu’il puisse se retenir avant d’atteindre ce point (B) tout en continuant stimuler l’excitation de la femme…avec des « jeux » divers en mettant « en pause » la sienne…Et moi ce que j’affirme, c’est que les positions qui offre les supports habituels ne sont pas favorables à l’homme ou aux couples pour bien piloter le déroulement de l’action, pour trouver et garder la bonne allure, accélérer ou freiner le moment venu efficacement.
COURBE_MASCULIN_400_x_241.jpg

Observons-nous, observez-vous : souvent sur les genoux, sinon à quatre pattes, souvent les mains hors jeu, tandis qu’elle doivent avoir le rôle essentiel de continuer de caresser/stimuler simultanément les parties érogènes de la femme, sont paralysé à cause des positions instables. Les muscles et articulations de l’homme sont trop sollicités et dévoués à tenir les positions, ce qui enlève toute qualité d’agilité à ce corps… et il s’essouffle plus pour tenir ces postures que… pour agir efficacement.

Mesdames, à moins que votre homme soit (un) misogyne, ce n’est peut-être pas toujours sa faute ou sa manque de volonté qui occasionne votre déception.

Et vous, Messieurs, pourriez-vous conduire la meilleur des voiture, assis sur un tabouret ?

Prenons soin de nos amours, au moins autant que nos voitures.

                                                                                                                  LINTIMOLOGUE

Les graphiques sont prélevé du livre de Dr. Gérard Leleu, "Les secrets de la jouissance au féminin"

et bien entendu cela ne représente qu'une moyenne des phases d'évolutions des sensualités/excitations, observées par les sexologues...

bien entendu, chaque être est un "individu érotique unique"...

bien entendu ce schéma n'est pas le même à chaque séance...ni pour chacun...'qu'il y a des moments magique "fulgurant"...mais rares....